Nouveauté

Une société sûre commence par une commune sûre en matière de circulation

Une société sûre commence par une commune sûre en matière de circulation
Avatar
Écrit par Koen Geens

Le mois de janvier est traditionnellement un point de basculement sur nos routes. La période des vacances est passée et les voitures réinvestissent les routes. En outre, la météo hivernale rend le revêtement routier plus lisse. Janvier rime aussi avec les réceptions de l’an neuf et malheureusement, certains persistent à boire quelques verres alors qu’ils doivent reprendre la route.

Pour le CD&V, la sécurité et la santé de nos enfants sont une priorité absolue. Ils représentent la société de demain et méritent dès lors de grandir et de se rendre à l’école dans un environnement sécurisé.

Un accident est hélas si vite arrivé. L’année 2017 a totalisé 38.020 accidents de la route impliquant 49.066 victimes, dont 44.694 blessés légers, 3.757 blessés graves et 615 personnes ayant perdu la vie dans les 30 jours suivant l’accident. Bien que les chiffres montrent une diminution par rapport à l’année précédente, chaque accident reste un accident de trop.

Durant cette période risquée, il importe que chacun respecte le code de la route. Dans une nouvelle vidéo, le ministre de la Justice Koen Geens veut attirer l’attention sur la nouvelle loi relative à la circulation routière qui sanctionne plus sévèrement les infractions de roulage graves. En effet, l’ensemble des usagers de la route doivent respecter cette loi : une commune sûre commence par une circulation sûre et des abords d’école sécurisés.

Depuis quelques années, une zone 30 est généralisée aux abords de nos écoles. Il s’agit d’une mesure efficace qui a déjà amélioré la sécurité, mais nous observons que trop de chauffards adoptent encore un comportement irresponsable dans ces zones. C’est la raison pour laquelle le ministre de la Justice a augmenté le risque pour les chauffards de se faire prendre, assurément en zone 30. Au début de la législature en 2014, 53.451 chauffeurs se sont fait flasher en zone 30 en Flandre. A Bruxelles en 2016, ce nombre était de 32.169, environ 10.000 de plus qu’en 2014. En 2017, on en comptait 61.630 en Flandre. Ce sont bien évidemment trop de dangers potentiels pour nos enfants, mais ce n’est qu’en attrapant les chauffards qu’il est possible de les stopper.

Le ministre de la Justice Koen Geens : « Les infractions, telles que la conduite sans permis de conduire (valable), la conduite d’un véhicule non assuré et le délit de fuite, sont sanctionnées plus sévèrement. En outre, quiconque récidive risque potentiellement un doublement de sa peine. Nous devons donner un signal clair, avertissant que les infractions de roulage ne sont pas tolérées. Parallèlement, il convient évidemment de miser sur la prévention, citons les campagnes BOB annuelles, et d’investir dans la sécurisation des abords des écoles. La ministre flamande de l’Enseignement Hilde Crevits a par exemple lancé une campagne sur les rues abritant des établissements scolaires ».

« Quiconque enfreint la loi relative à la circulation routière ne peut demeurer impuni. Bruxelles n’est pas Francorchamps. Une attitude correcte et courtoise sur la route relève du respect. J’aimerais mettre l’accent sur une circulation plus sûre et plus saine, dans l’intérêt des enfants et des personnes âgées de notre société. C’est la voie à suivre pour Bruxelles et le Brabant flamand » selon la Secrétaire d'État bruxelloise à la sécurité routière, Bianca Debaets.

Le député de la province du Brabant flamand Tom Dehaene : « La province du Brabant flamand souhaite voir davantage de personnes se déplacer en vélo et soutient dès lors les écoles et les communes dans la sécurisation des trajets menant à l’école. C’est en garantissant aux cyclistes la sécurité de ce trajet que nous pourrons convaincre davantage de parents de permettre à leurs enfants de se rendre à l’école en vélo ».

Le député fédéral Jef Van den Bergh : « Un parent sur quatre n’ose pas laisser son enfant se rendre en vélo à l’école. C’est inacceptable. Un petit noyau, mais un noyau dur de récidivistes rendent nos routes systématiquement dangereuses. Ils roulent trop vite, sous influence ou sans permis de conduire. Ils prennent fréquemment la fuite après un accident. Je me réjouis de voir que nous avons pu, conjointement avec le Ministre Geens, mener à bien nos initiatives parlementaires visant à lutter plus sévèrement contre ces pirates de la route. C’est ainsi que nous rendons nos routes plus sûres pour tout un chacun ».

Communiqué de presse du 11 janvier 2019.

Postez un commentaire

Uw naam wordt privé weergegeven op de website en is niet zichtbaar voor anderen. Uw e-mailadres wordt opgeslagen maar niet gepubliceerd.