27 Jan 2021 | Corporate & Accountancy

Les clauses abusives dans les contrats B2B – Introduction
  • Andersen in Belgium

    Andersen en Belgique est un cabinet d'avocats à service complet (« full service ») spécialisé en droit des entreprises, en droit immobilier et de la construction et en droit administratif. L'offre de solutions stratégiques et durables va de pair avec notre approche pragmatique axée sur le client. Nous nous engageons à réfléchir de manière créative et originale en partenariat avec nos clients pour les aider de manière ciblée, proactive et efficace à concrétiser leurs projets et à surmonter tous les obstacles rencontrés au cours du processus. Nous attachons de l'importance à nous familiariser pleinement avec l'entreprise et le secteur de notre client, ce qui nous permet de réfléchir stratégiquement ensemble. Notre portefeuille de clients et notre expertise vont des petites et moyennes entreprises aux entreprises cotées en bourse et aux entrepreneurs, actifs dans le monde entier et dans les secteurs les plus divers, ainsi que dans les services gouvernementaux et autres administrations. La diversité de notre équipe nous permet de mieux comprendre nos clients et leurs préoccupations, de les assister dans un large éventail de domaines et de fournir des services dans 8 langues différentes. Andersen est un cabinet d'avocats en évolution, toujours à la recherche d'optimisation des services et d'efficacité en utilisant les dernières technologies.

Opgelet: dit artikel werd gepubliceerd op 27/01/2021 en kan daardoor verouderde informatie bevatten.

Ce 1er décembre 2020 marquera un tournant majeur dans la matière des contrats entre entreprises : la règlementation instaurant le principe de l’interdiction des clauses abusives entrera en vigueur.

Quel principe instaure cette nouvelle loi ?

Le législateur a décidé d’appliquer aux contrats entre entreprises des principes similaires à ce qui existe déjà depuis des années dans les contrats conclus avec les consommateurs, à savoir sanctionner certaines clauses jugées abusives.

La loi instaure donc un principe général pour les relations B2B selon lequel les clauses qui créent un déséquilibre manifeste entre les parties professionnelles à un contrat sont abusives et nulles.

Deux listes sont établies dans cette règlementation : des clauses interdites en toutes circonstances et des clauses présumées abusives.

Les clauses interdites, dites « noires », sont les clauses par lesquelles :

  • une partie faible est liée par des engagements alors que l’autre partie est totalement libre de se délier des siens ;
  • une partie se réserve seule le droit d’interpréter le contrat conclu ;
  • une partie renonce à l’avance à tout recours contre l’autre partie ;
  • il est constaté qu’une partie a adhéré à des principes et conditions dont elle n’a pourtant pas eu l’occasion de prendre connaissance.

Les clauses présumées abusives, dites “grises”, et dont il est donc possible de prouver qu’elles ne le sont pas effectivement, sont les clauses qui :

  • permettent à une entreprise de modifier le prix et les conditions du contrat, et ce sans raison valable ;
  • permettent à l’entreprise de se dégager de toutes responsabilité, de sa faute grave intentionnelle (dol) ou même de sa faute lourde ;
  • lient les parties sans un délai raisonnable pour résilier le contrat ;
  • permettent un renouvellement d’un contrat sans prévoir une possibilité d’opposition à ce renouvellement ou un délai raisonnable de résiliation ;
  • limitent les modes de preuve pouvant être apportés par une partie ;
  • fixent des clauses pénales excessives ;
  • placent les risques commerciaux sur une entreprise alors que, selon le secteur économique concerné, ils doivent peser sur l’autre partie.

Ces listes ne sont pas limitées et le caractère abusif de toute clause peut être constatée dans la pratique si, à elle seule ou combinée avec une ou plusieurs autres clauses, elle crée un déséquilibre manifeste entre les droits et obligations des parties.

Pourquoi cette loi risque-t-elle d’engendrer des difficultés pratiques ?

Car cette règlementation contient de nombreuses notions vagues ou à contenu variable, ce qui entraîne par voie de conséquence une certaine imprévisibilité.

La liste énoncée ci-dessus en donne déjà un aperçu puisqu’il y est énoncé que certaines clauses sont présumées abusives si elles sont formulées « sans raison valable » ou qu’elles doivent être jugée « selon le secteur concerné ».

Pour ne pas faciliter les choses, il est demandé au juge d’apprécier le caractère abusif des clauses, notamment avec les principes suivants :

  • les circonstances qui entourent la conclusion du contrat ;
  • l’économie générale du contrat ;
  • les usages commerciaux du secteur concerné ;
  • les autres clauses du contrat ;
  • la nature des produits.

Ces listes et les clauses pourront être sujettes à des interprétations diverses et il sera donc essentiel d’anticiper les risques moyennant un examen au cas par cas.

Que proposons-nous pour tenter de s’y retrouver ?

En partant des principes théoriques de la loi, nous avons fait un examen de situations diverses et des contrats particuliers qui sont courants dans la vie économique.

  • Quels contrats sont soumis à la loi B2B ?
  • Quelles modifications dois-je apporter à mes conditions générales ?
  • Les pièges de la loi B2B pour les contrats de prestation de service et de distribution.
  • La nouvelle règlementation remet-elle en cause les principes de base des contrats de franchise ?
  • Quelles sont les clauses classiques des contrats de bail commercial et de construction qui vont devoir être modifiées ?
  • Les conséquences de la loi B2B pour le droit des sociétés
  • Les conséquences de la loi B2B pour les contrats d’assurance.

Steve Griess

 

  • Andersen in Belgium

    Andersen en Belgique est un cabinet d'avocats à service complet (« full service ») spécialisé en droit des entreprises, en droit immobilier et de la construction et en droit administratif. L'offre de solutions stratégiques et durables va de pair avec notre approche pragmatique axée sur le client. Nous nous engageons à réfléchir de manière créative et originale en partenariat avec nos clients pour les aider de manière ciblée, proactive et efficace à concrétiser leurs projets et à surmonter tous les obstacles rencontrés au cours du processus. Nous attachons de l'importance à nous familiariser pleinement avec l'entreprise et le secteur de notre client, ce qui nous permet de réfléchir stratégiquement ensemble. Notre portefeuille de clients et notre expertise vont des petites et moyennes entreprises aux entreprises cotées en bourse et aux entrepreneurs, actifs dans le monde entier et dans les secteurs les plus divers, ainsi que dans les services gouvernementaux et autres administrations. La diversité de notre équipe nous permet de mieux comprendre nos clients et leurs préoccupations, de les assister dans un large éventail de domaines et de fournir des services dans 8 langues différentes. Andersen est un cabinet d'avocats en évolution, toujours à la recherche d'optimisation des services et d'efficacité en utilisant les dernières technologies.

Restez au courant

S’abonner à la newsletter

0 Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Het e-mailadres wordt niet gepubliceerd. Verplichte velden zijn gemarkeerd met *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.